GUS VAN SANT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

GUS VAN SANT

Message  Casus Belli le Jeu 3 Avr - 17:09

WILL HUNTING _1997
Le film présente la vie tumultueuse d'un génie, Will Hunting, sur deux tableaux : sa relation amoureuse et son orientation professionnelle. Ses capacités intellectuelles ne sont pas mises à profit (il est balayeur) ; sa vie sociale est mouvementée : avec sa bande, il cherche régulièrement la bagarre, en passe plusieurs fois par les tribunaux, et termine en prison. Will a donc plusieurs chantiers à régler dans sa vie, qu'il le veuille ou non.

La maturité ne s'apprend pas dans les livres, mais résulte de l'expérience, ce dont Will Hunting manque cruellement, du haut de ses 20 ans : c'est la claque qu'il prend, du psychologue Sean Maguire (Robin Williams). Ce dernier a réussi à passer outre ses provocations, contrairement aux autres psychologues que Will a ridiculisé. Sean lui démontre qu'il n'est encore qu'un gamin, et lui fait comprendre tout le chemin qu'il a encore à parcourir : ce qu'est l'Amour ("Quand on aime l'autre plus qu'on ne s'aime soi-même"), l'amitié éprouvée ("tu n'as jamais connu la guerre, tu n'as jamais tenu ton meilleur ami, jusqu'à son dernier souffle"), l'expérience des voyages ("Tu n'es jamais sorti de Boston ?").

En parallèle, il commence une relation amoureuse avec une étudiante de Harvard, et gère les moments délicats : la présenter à ses amis, discuter de l'avenir.
Son orientation professionnelle n'est pas aisée non plus : malgré ses capacités, ce qui lui est proposé ne lui plait pas (le travail à la N.S.A.) Le monologue est édifiant [image]

Will va affronter et vaincre ses peurs avec ce psychologue parce que ce dernier a lui-même des caps à franchir (faire le deuil de sa femme). Ils se reconstruisent avec l'aide de l'autre, Sean en lui montrant son immaturité, Will en faisant remarquer qu'ils partagent une même anxiété, celle de s’engager, en paraphrasant ses arguments : "Je trouve ça super comme philosophie, Sean, c’est vrai, ça vous permettra de vivre le reste de votre vie sans jamais avoir à connaître personne". Il est question de poser les problèmes sur la table, d’avoir la force de mettre des mots sur les problèmes. Une fois les bonnes questions posées, les zones d’ombre mises à jour, les décisions sont plus faciles à prendre : Will plaque tout (ses amis, ses opportunités de travail) et s'en va rejoindre la fille, et Sean se propose de refaire des rencontres amoureuses. Pour les deux, le film se termine sur la même réplique : « j’avais une fille à voir ».
avatar
Casus Belli
Admin

Messages : 96
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://arts-narratifs.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum