CHARLIE BROOKER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHARLIE BROOKER

Message  Casus Belli le Mer 2 Avr - 18:49

15 Millions Merits _2011 épisode indépendant de la série BLACK MIRROR
La dictature de l’écran
* Blasé, désespéré et profondément attristé, un anonyme subit la société dans laquelle il est contraint de vivre et subit ce que les êtres humains ont fait du divertissement : une dictature par le spectacle. Cette société est liberticide et il est cloîtré, entouré d'écrans, obligé de regarder des émissions insipides, sous peine d'amande. Les individus sont maintenus dans un état d'abêtissement constant.
* Dés le début tout est cauchemar. L'individualité règne autant que la connocratie. Les divertissements proposés sont de l'ordre de l'abject, une poubelle pour porcs, et personne ne peut y échapper. L'anonyme dont on partage le dépit se trouve au sein d'une usine à abrutis, où le seul espoir consiste à participer à une émission tapageuse, hypocrite, dénuée de toute sincérité, d'un arbitraire stupide, gouvernée par l'audience et la tyrannie de la majorité.
* Les écrans se trouvent aux quatre coins de toutes les pièces. Personne n'échappe à la virtualité. Le monde extérieur n'est jamais montré, on ignore même s'il existe. Il faut se contenter de paysages virtuels. Leur espace de vie est réduit à une pièce minuscule et carrée. Tout est aseptisé, artificiel, jusqu'aux personnes dont l'avatar virtuel leur importe plus que leur personne réelle (paroxysme anti-utopique d’un réseau social).
* Les caméras sont omniprésentes bien qu'invisibles. Tous les gestes sont filmés, jusqu'aux regards, parce que c'est le seul moyen pour l'individu d'interagir avec son environnement virtuel automatisé.
* Pour maintenir une forme physique et les occuper, le système contraint les individus à faire du vélo. S'ils s'engraissent, ils finissent nettoyeur. On observe donc une dictature du physique par le régime alimentaire, supporté par des jeux vidéos et une propagande anti-obèses.
* Dans ce cauchemar, rares sont les liens possibles avec les autres, chacun étant obnubilé par les écrans et l'illusion du choix.
* Néanmoins, l'anonyme va rencontrer une jeune femme, seule personne à donner du relief à son existence morose. Faisant preuve d'un talent de chanteuse, sa seule chance de briser cette existence mortifère, d’en sortir, est de se faire reconnaître par l'émission la plus regardée.
* Mais c'est là que le cauchemar commence. Elle se fait manipuler de bout en bout. Ils l'ont poussé à bout, la soumettant à des injonctions, à l'idée que c'est une chance de passer à la télévision, qu'à sa place tout le monde accepterait et que c'est une insulte que de refuser leur offre ; elle n'a aucunement choisi de devenir une actrice érotique, tout est cadenassé dans un jeu de contrainte infernal.
* Le mal est bien plus profond que d'avoir raté l'amour avec cette femme : c'est l'Amour en général qui est empoisonné, et ce star-système lui volera toujours celles sur qui il pose les yeux, parce qu'elles ne peuvent se réaliser, s'épanouir dans une dictature du spectacle d'un goût fade et arbitraire. Il rencontrera toujours des visages tristes, à l’exception des rares qui s'esbaudissent, comme ce gros lard qui rigole, bête, inintéressant.
Les âmes qui correspondent à la sienne ne peuvent se déployer, s'allonger, s'épanouir, se réaliser. La fille voulait chanter ; elle est arrivée dans une prostitution pire que l'atteinte au physique : le viol de sa personne par la majorité, les con-génères de sa propre espèce.
* Notre anonyme se fixe alors pour but de participer à l'émission car il enrage contre ce système. Il ne représente que l'œuvre d'une majorité qui se complait dans des représentations d'avatars aussi irréels que les sentiment qu'engendrent la société du spectacle, à l'image des moutons qui se sentent exister et des jeunes épris de communication superficielle qui +1 like smiley lollilol et texto.
* Essaie-t-il de faire prendre conscience ? Est-ce un acte désespéré ? Il est mué par un profond mal-être. Ce n'est pas lui qui ne correspond pas à cette société, mais cette société qui ne correspond pas à l'être humain.
*À l'image d'une société capitaliste, il est effarant de constater que le système se nourrit de sa critique, l'avale toute entière sans l'écouter et la transforme en divertissement, sans changer d'un iota la conscience des individus.
* Il a fait beaucoup mieux que les autres, puisque désormais, après avoir tout investi pour participer à l'émission, il est écouté (même s’il n’est pas suivi). Si l’on est optimiste, il est préférable qu'il reste en vie, pour que sa voix se fasse entendre régulièrement, au sein de cette débauche de connerie. Si l’on est pessimiste, alors autant qu’il meurt, il n’y a rien à sauver dans cette humanité abrutie.
* Il essaie de faire comprendre la déshumanisation que l'on subit. Et pour ces quelques secondes de silence, l’espoir n’est pas perdu. Il n'a pas trahi sa volonté de communiquer son mal-être.
avatar
Casus Belli
Admin

Messages : 96
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 34

Voir le profil de l'utilisateur http://arts-narratifs.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum